24 novembre 2009

Compte-rendu du dîner du 13 octobre

43703619_p

<p><p><p><p><p>Le Diner T&MA au féminin du 13 octobre 2009</p></p></p></p></p>

Le dîner du 13 octobre, qui avait pour thème « Trouver sa voie ou sa voix », a réuni 27 diplômés autour d’une table animée par Maryse Hania, coach et consultante en bilans de compétence et formations « d’affirmation de soi » ou de « légitimité et leadership au féminin » via la structure DALETT.

Maryse Hania a pu échanger et sensibiliser les « Anciennes » sur les moments opportuns pour effectuer un bilan de compétence et sur les impacts qu’un bilan peut avoir sur notre parcours professionnel.

Merci à T&MA pour ce petit résumé.

 

Voici quelques notes prises par Mélodie pendant la soirée (merci Mélodie, c’est très clair et synthétique !) :

<p><p><p><p>Le Diner T&MA au féminin du 13 octobre 2009</p></p></p></p>

« Trouver sa voie », intervention animée par Maryse Hania

  • Consultante coach depuis 20 ans
  • Réalise des bilans de compétence depuis 10 ans
  • Fondatrice de DALETT : cabinet de formation sur mesure
  • Fondatice de Natmatiss, cabinet spécialisé dans les bilans de compétence      et le coaching des femmes : http://www.natmatiss.com/
  • Formation en LEA puis école commerciale
  • Implication associative juste après une maternité, ce qui lui a      permis de trouver sa voie.

Utilité du bilan de compétences :

  • évaluer l'adéquation entre compétences et métier
  • définir un plan d'action pour se former en fonction de nos objectifs

Limites du bilan classique

  • Tout le monde n'a pas forcément un objectif clairement défini
  • Le bilan classique est centré autour du métier actuel

Blocages possibles pour un bilan de compétences :

  • objectifs flous
  • définition du chemin pour atteindre nos objectifs
  • valeurs morales en décalage avec nos objectifs
  • freins psychologiques

La méthode N.E.W.S. :

Méthode très structurée à base de questionnaires, qui repose sur quatre axes d'analyse.

La méthode s'explique à travers la métaphore de la navigation.

  • Nord (N) : Où vais-je ?
         Quelle personne suis-je et en quoi suis-je la meilleure ? Il faut se détacher de son parcours et se voir avec un oeil neuf, remonter dans le passé et sonder son entourage.
  • Est (E) : Pourquoi suis-je sur le bateau ?
         Quelles sont mes valeurs ?
  • Ouest (W) : Comment naviguer jusque là ?
         Quel est mon plan d'action ?
  • Sud (S) : Qu'est-ce qui m'empêche de naviguer ?
         Quels sont les freins psychologiques que je rencontre ? Cela relève souvent de l'héritage familial ou de l'historique scolaire.

Selon les personnes, on consacre plus ou moins de temps à chaque axe durant le bilan de compétences. Il faut adapter l'approche aux besoins individuels.

Les écarts :

Grâce à des questionnaires, on analyse les écarts entre les différents axes.

  • N-E : écart de congruence -> Nos valeurs ne sont pas en adéquation avec nos objectifs.
  • S-E : écart de conscience -> Nos inhibitions nous empêchent d'assumer nos valeurs.
  • S-W : écart de courage -> Nos inhibitions nous empêchent d'appliquer notre plan d'action.
  • N-W : écart d'exécution -> Notre plan d'action ne débouche pas sur l'objectif attendu.

Avantages de la méthode NEWS :

  • permet de ne pas perdre de vue son objectif
  • très structurée : on sait à chaque instant où on en est
  • mises en situation fréquentes

Quelques conseils pour trouver sa voie :

Il ne faut pas se focaliser uniquement sur les compétences.

Il faut faire ce que l'on aime, sans se bloquer sur notre âge ou notre passé.

Et surtout, il faut prendre le temps de faire le bon choix.

Cas d'école :

Carole D, environ 40 ans, 3 enfants.

Diplômée des Mines de Paris, responsable de projet dans une grande société de télécom, 17 ans d'ancienneté. Bon salaire, reconnaissance de ses pairs, mais pas d'épanouissement au travail.

 

Bilan initial des 4 axes :

  • W (plan d'action) très construit
  • E (valeurs) très fort
  • S (freins) normal
  • N (objectif) flou

 

Progression :

  • 1e étape : travail sur l'axe Est (valeurs) : Carole a      identifié son envie d'aider les autres.
  • 2e étape : travail sur l'axe Sud (blocages) : Ses frères et      soeurs étaient médecins et son père dirigeant d'entreprise. Elle rêvait      d'être chirurgien, mais son père la voyait en manager d'une équipe de      plusieurs centaines de personnes.

 

3 possibilités s'offraient à elle :

  • évoluer dans son service
  • évoluer dans son entreprise
  • évoluer en dehors de l'entreprise

 

Finalement, elle a développé sur son temps libre un outil permettant de mesurer les battements du coeur. Elle a ensuite trouvé un moyen de l'appliquer à des fins humanitaires puis a créé sa propre structure pour mener à bien ses projets. A terme, elle a même développé ses capacités de management qu'elle rechignait à mettre en pratique dans son ancienne entreprise.

Questions/Réponses :

 

  • Q : Quelle est la durée d’un bilan de compétences ?
         R :
    Il y a plusieurs types de bilans :

- bilan court : pour une personne qui est bien dans son métier, mais a envie d’un peu de changement (le travail peut consister en des conseils sur le CV, par exemple)

- bilan moyen : pour une personne qui aime son domaine d’activité mais n’arrive pas à y trouver d’épanouissement, environ 12 séances de 2 heures.

- bilan long : pour une personne désorientée qui cherche à changer complètement de voie, environ 24 séances de 2 heures.

 

  • Q : Quel est le prix ?
         R :
    Cela peut aller de 1750 à 3000 euros.

 

  • Q : Quels sont les financements possibles ?
         R :
    Chaque entreprise dépend d’un organisme de  financement tel que le FONGECIF. A partir d’un certain nombre d’années d’ancienneté, on a droit à un bilan de compétences payé par notre      entreprise (en général, 5 ans, mais parfois moins).

 

Posté par annesooooo à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Compte-rendu du dîner du 13 octobre

Nouveau commentaire